Résumé du livre :

Les nouvelles technologies, en dématérialisant les activités humaines, permettraient de réduire l’impact de la croissance sur la biosphère, voire, pour les plus enthousiastes, pourraient résoudre la crise environnementale. Si le monde numérique semble virtuel, les nuisances, elles, sont pourtant bien réelles : que ce soit sur le plan énergétique (la consommation des centres de données dépasse celle du trafic aérien, une recherche sur Google produit autant de CO2 que de porter à ébullition de l’eau avec une bouilloire électrique, etc.), par l’utilisation d’une quantité considérable de matières premières pour la fabrication des appareils électroniques, notamment des minerais précieux dont l’extraction provoque des conflits armés, ou encore par l’accroissement permanent de la masse de déchets d’équipements électroniques particulièrement polluants.
Dans ce travail précis et informé, les auteurs montrent l’impact environnemental réel du numérique en s’appuyant sur de nombreuses études. Ils démontent de manière implacable le mythe d’une nouvelle économie propre et écologique.

Découvrir d'autres articles de notre blog

La boite à outils de Samuel

Samuel est un passionné du libre et de la technologie, voici une courte liste (non exhaustive) d'outils à connaître et à expérimenter ! Appli de communication : RIOT :  HTTPS://about.riot.im WIRE :  HTTPS://wire.com SILENCE :  HTTPS://silence.im SIGNAL : ...

Résistons ensemble, pour que renaissent des jours heureux !

Un manifeste publié le 27 mai 2020 auquel Héloïse Pierre d'Etikya a contribué, publié aux éditions Massot. Apprendre d’hier pour agir demain « Au printemps 1943, trois ans après l’invasion de la France et la capitulation vichyste, des résistants...

Snowden alerte : le coronavirus sert à construire une « architecture de l’oppression »

Le lanceur d'alerte Edouard Snowden est apparu dernièrement dans une interview avec Shane Smith, le cofondateur de Vice. Il y déconstruit plusieurs idées reçues sur la crise du coronavirus et met en garde sur le fait que les gouver­ne­ments profitent de la...